J’aime ce pays où j’habite et qui m’a adopté.

 

La majestueuse Seine – en l’un des plus merveilleux points de son parcours – l’Epte et l’Andelle – appréciées des pêcheurs de truites, donnent au Vexin, avec la plus belle hêtraie de France à Lyons – ses limites naturelles.
Les Vallées ponctuées par d’imposantes fortifications témoignent de l’enjeu des luttes séculaires qui s’y déroulèrent  jadis : faut – il rappeler que c’est à

Saint-Clair-sur-Epte que Charles III le Simple en 911  conclut le traité donnant en fief la Normandie à Rollon.
Cette noble terre, entre Paris et Rouen, est de nos jours une région de tourisme car la nature y est restée authentiquement belle et l’homme aime à s’y reposer.
Ses églises, ses hameaux aux chaumières à colombages, ses fermes fortifiées, ses monuments, ses châteaux et abbayes, engagent sans réserve les visiteurs et amateurs d’Art et d’Histoire à en découvrir intimement toutes les richesses.
bandeau3
« Pays d’ombres et de lumières », où est né l’Impressionnisme et qu’a rendu célèbre le Maître de Giverny – le Vexin est aussi terre nourricière.

Au printemps, ses milliers de pommiers offrent aux herbages de splendides bouquets tandis qu’inlassablement les vaches renommées fabriquent, comme au temps des Vikings, ces merveilles que sont le lait, le beurre et le fromage normands.
Le long passé du Vexin s’inscrit dans la pierre des Hauts-Lieux, judicieusement choisis et qui forment le Circuit de cette Route de Beauté.
Que d’enseignements, que de richesses, mais que d’efforts aussi pour ceux qui veulent assurer la survie de semblables trésors.
Applaudissons à cette véritable « résurrection » selon le mot de Michelet, car ces Hauts-Lieux revivent et leur histoire nous devient familière, grâce à l’enthousiasme de quelques passionnés du retour aux vraies valeurs.