Dans la vallée de l’Andelle, blottie entre la rivière et un coteau boisé, une source aux vertus dermatologiques lui donna son nom : « la fontaine qui guérit ».

Oubliée par le temps elle procure au visiteur une véritable sensation de quiétude et de sérénité. 
 
Abbaye cistercienne de femmes, construite entre 1190 et 1253 sur les bases d’un prieuré de 1135 dont subsiste le cellier troglodytique, elle offre au visiteur la chapelle Saint-Michel du XVème, l’église abbatiale, le bâtiment des moniales avec sa salle du chapitre, son scriptorium et son dortoir à la magnifique charpente, ainsi que les jardins monastiques (jardin des simples, jardin des éléments, jardin de méditation).